2012 POLITIQUE

VP Debate : quelques remarques sur les sondages et la politique étrangère.

Autour de la journaliste Martha Raddatz, le vice-président Joe Biden et le représentant du Wisconsin Paul Ryan ont débattu hier soir pendant 90 minutes à Danville, dans le Kentucky.

Les sondages instantanés post-débat sont contradictoires et les comparer n’a aucun sens. CBS News-Knowledge Network donne l’avantage à Joe Biden (50 %) devant Paul Ryan (31%). L’étude de CNN donne M. Ryan vainqueur (48%) par rapport à M. Biden (44%), avec une marge d’erreur de 5 %… Le sondage de CBS News a été réalisé sur des électeurs se déclarant indécis, alors que celui de CNN s’est fait sans distinction partisane, à partir de ceux qui ont assisté au débat.

Nate Siver, rédacteur du blog FiveFirtyEight du New York Times, préfère emprunter aux statistiques du Baseball la notion de « hold », ou « victoire protégée ». La performance du joueur Biden sécurise un avantage léger, sur lequel Barack Obama peut capitaliser, notamment lors du prochain débat avec Mitt Romney, le 16 octobre à Hempstead, dans l’état de New York.

Beaucoup de journaux et commentateurs politiques déplorent aujourd’hui l’ambiance conflictuelle et la concurrence agressive qui a opposé les deux débateurs. Cette tension ferait fuir les téléspectateurs, donnerait une image négative et démotivante du débat politique, et pourrait faire reculer la participation électorale. Une étude menée par deux chercheurs en sciences politiques, Kevin Arceneaux et Martin Johnson, s’est intéressée au public de ce type de débat. Les personnes qui choisissent d’assister à un débat entre deux candidats à la vice-présidence plutôt que de regarder une autre émission de télévision attendent justement ce type d’échanges et ne sont pas affectés par la violence des propos. Ceux qui seraient susceptibles d’être influencés par un comportement politique agressif ou qui n’y trouveraient aucun intérêt particulier, ne regardent tout simplement pas ce type de programme télévisé.

Les questions de Martha Raddatz ont abordé à la fois la politique domestique et les affaires étrangères.

 En septembre dernier, seulement 6% des électeurs sondés considéraient la politique étrangère et le Moyen Orient comme le thème de campagne le plus important. Biden et Ryan ont chacun présenté leur point de vue sur l’Afghanistan, l’Iran, la Libye et la Syrie. Avec un ton professoral, Joe Biden a insisté sur le bilan de l’administration Obama et sur la complexité de la situation. En rappelant un ensemble de faits et de chiffres, il s’est fait l’avocat du multilatéralisme. Les réponses de Paul Ryan, bien à la peine, n’ont pas permis d’éclaircir les positions de la campagne républicaine. Ryan joue avec les peurs en proposant de voir le monde à travers les yeux des ayatollahs. Mitt Romney et lui acceptent le plan de retrait des troupes américaines d’Afghanistan en 2014  mais ils considèrent toujours que c’est une mauvaise idée. Ryan n’a pas su expliquer en quoi il agirait différemment de l’Administration Obama en Syrie. Le représentant du Wisconsin a plaidé pour une approche unilatérale des enjeux internationaux, souhaitant une intervention, par la force s’il le faut,  à chaque fois que les intérêts américains sont menacés.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire à la Défense Leon Panetta mettait en garde contre un autre type de menace à la sécurité nationale. Rappelant une série récente d’attaques électroniques,  il a évoqué la possibilité d’un « cyber-Pearl Harbor » et a reconnu la vulnérabilité des réseaux électroniques gouvernementaux des réseaux électriques, de production d’énergie, de transport, financiers face aux attaques informatiques. L’ Administration Obama souhaite faire passer une nouvelle législation au Congrès pour renforcer la sécurité face à ce type de menace, en définissant par exemple de nouvelles normes de sécurité auxquelles les entreprises privées devront se conformer.

0 comments on “VP Debate : quelques remarques sur les sondages et la politique étrangère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité : * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.