Journée de marche à New York

Dimanche 21 septembre, de l’Upper West Side à la 34e rue, la People’s Climate March a réuni plus de 310 000 personnes frustrées par l’inaction internationale, au moment où les Nations Unies se réunissent en assemblée générale (24-30 septembre).

Des responsables politiques se sont joints à la manifestation pour la lutte contre le changement climatique, comme le maire de New York Bill de Blasio, qui a annoncé que la ville allait réduire ses emissions de gaz à effet de serre de 80% d’ici à 2050, l’ancien vice président Al Gore ou Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, très actif en vue de la préparation de la conférence Paris climat 2015 (COP 21). On trouvait aussi quelques acteurs parmi les marcheurs, comme Leonardo DiCaprio, nommé « messager de la paix » par Ban Ki-moon, ou Evangeline Lilly, Mark Ruffalo et Edward Norton. Mais surtout une foule d’anonymes, New-yorkais, venus d’autres Etats américains ou de l’étranger.

L’administration nationale océanique et atmosphérique a annoncé que l’été 2014 fut le plus chaud au niveau mondial depuis le début des relevés climatiques internationaux.

Cliquez sur la photo pour l’afficher en plein écran

Uptown, Harlem a accueilli la 47e édition de l’African American Heritage Day Parade, le long d’Adam Clayton Powell Jr. Boulevard, entre la 111e rue et la 136e. Venus de douze Etats américains, les marcheurs ont défilé par organisations et présenté les « réalisations positives » des communautés noires. Ils ont aussi appelé à lutter contre le racisme et contre les contrôles au faciès de la police.

Ensemble des photos  ©Bully Pulpit.fr/Vincent Dozol
[alert type= »blue »]

Prolonger

Iris Deroeux, « A New York, la marche pour le climat crée la surprise », Mediapart,  22 septembre 2014

Laurence Caramel, « New York fait ville pleine contre le réchauffement climatique », Le Monde, 22 septembre 2014

[/alert]

La défense française à l’école américaine

Les échanges universitaires ne sont pas le seul cadre de formation de Français aux Etats-Unis. Grâce à un partenariat datant du début des années 70, environ cinquante-cinq militaires par an de la plus ancienne alliée des Etats-Unis sont accueillis dans les bases de l’armée américaine pour suivre des formations académiques ou opérationnelles de durées variables.

A l’heure du déjeuner, les cadets de la prestigieuse académie de l’Army (armée de terre) située à West Point (New York) se regroupent par section devant les différentes entrées de l’immense salle à manger. L’alignement est parfait. Les élèves, encadrés par les statues d’Eisenhower et de MacArthur, patientent dans un silence immobile. Au milieu de cet océan d’uniformes gris et de casquettes identiques surgissent parfois des tenues qui dénotent. Un jeune homme, tête nue, porte un treillis. C’est un étudiant de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, en formation à West Point pour un peu plus de deux mois.

La France continue d’investir dans la formation de son personnel militaire et envoie une petite partie des meilleurs d’entre eux se former aux Etats-Unis, pays incontournable dans le domaine de la défense. La crise économique a certes marqué l’armée française. Suite aux réductions budgétaires, certains observateurs se demandent si la décennie 2009-2019 ne sera pas celle du « déclassement militaire français ». La défense reste pourtant le troisième budget de l’Etat (31,4 milliards d’euros) et les partenariats de formation sont maintenus.

Rassemblement devant The Plain, le champ de parade de West Point © Vincent Dozol

Une coopération continue et méconnue

Même en période de tension politique entre les deux pays, la coopération militaire s’est poursuivie et développée. L’intégration de militaires français dans des bases américaines relève de trois types de coopération : la formation académique et d’opération, la liaison ou l’échange. Les officiers de liaison sont en résidence sur de longues périodes, ils captent les dernières évolutions de doctrine et les font remonter au ministère de la Défense à Paris. Dans le cadre de l’échange, qui concerne un nombre très réduit de personnes, le soldat est complètement intégré dans une unité opérationnelle américaine, en général pendant trois ans. Il suit le même programme d’entraînement que son unité et, avec l’accord de la France, peut être envoyé en opération avec l’armée américaine.

La formation de militaires français aux Etats-Unis remonte au début des années 70. Huit cadets, alors en deuxième année à l’Ecole de l’Air de Salon-de-Provence, sont les premiers à intégrer l’US Air Force Academy à Colorado Springs. Pour les forces armées transatlantiques, il s’agit de « forger des capacités opérationnelles entre la France et les Etats-Unis le plus en amont possible », alors que la France a quitté le commandement intégré de l’OTAN en 1966. Cette formation bénéficie plus tard à l’unité entière et permet une approche différente.

Le général Bruno Caïtucoli, chef de la mission de Défense à l’ambassade de France à Washington D.C., souligne l’importance de cette période d’exposition à la culture militaire américaine : « On a tendance à réduire ce type de coopération dite d’intéropérabilité à la simple dimension technique, comme la possibilité pour nos deux armées de communiquer par radio et d’éviter les surprises au moment des opérations communes. Mais c’est aussi un enjeu culturel, une façon différente d’aborder un problème qui enrichit en fin de compte les processus de décision. » Cette proximité s’est révélée déterminante lors des opérations conjointes récentes en Libye, au Mali et maintenant en Centrafrique. S’ils ne sont pas directement intervenus dans l’opération Serval, les Etats-Unis ont renforcé les échanges de renseignements et ont déployé des moyens de transports aériens au service des troupes françaises. La France s’est aussi retrouvée récemment seule aux côtés des Etats-Unis sur le point de déclencher des frappes aériennes en Syrie.

L’aéronavale en première position

En octobre 2013, une cinquantaine d’officiers français étaient en formation académique et opérationnelle dans des centres éducatifs ou des écoles techniques. La durée de leur séjour est très variable (de deux mois à un semestre, voire deux ans). Certaines formations sont liées à un point technique particulier. En octobre dernier, trois équipages ont ainsi passé cinq semaines à la base d’Holloman au Nouveau-Mexique pour apprendre le pilotage des drones Reaper. La France vient d’acheter ses deux premiers modèles aux Etats-Unis.

La majeure partie des officiers français détachés aux États-Unis sont dans l’aéronavale pour des formations non disponibles en France. Les Etats-Unis sont en effet d’abord considérés comme une puissance aérienne, c’est pourquoi le chef de mission de défense de l’ambassade de France est souvent pilote de formation. Les pilotes français et américains de l’aéronavale font des exercices ensemble presque sans discontinuité depuis 1947. Une douzaine d’officiers français s’entraîne par exemple à Lauderdale, près de Meridian, dans le Mississippi, la base aéronavale de l’US Navy. Ils apprennent à maîtriser des appontages sur le porte-avions USS Carl Vinson ou se familiarisent avec les avions AWACS (Airborne Warning and Control System, avions de surveillance munis d’un système de stations radar), la France ne disposant que de quatre appareils. Au bout de deux ans, lors de la cérémonie du « macaronage », les Français reçoivent des mains de leurs collègues américains leurs insignes de pilote. Deux paires d’ailes, françaises et américaines, sont fièrement accrochées sur leurs uniformes.

Les dirigeants militaires d’hier et de demain formés aux Etats-Unis

Certains parcours sont emblématiques. En 1974, l’élève officier Stéphane Abrial intègre l’US Air Force Academy. Il participe aux fréquents exercices franco-américains et noue en permanence des contacts afin de suivre l’évolution des esprits et des tactiques outre-Atlantique. Son expérience américaine est mise à profit lorsqu’il prend la tête de la cinquième escadre de chasse pendant la première guerre du Golfe (1990-1991). L’année suivante, il fait un passage à l’Air War College, sur la base américaine de Maxwell, à Montgomery (Alabama). Ce séjour lui procure une « ouverture internationale incomparable » puisque sa promotion compte des stagiaires de trente-deux pays. Il participe à des groupes de travail destinés à tirer les leçons de l’engagement en Irak, qui ont aussi nourri la réflexion stratégique française. Une vingtaine d’années plus tard, il devient le premier commandant français du Supreme Allied Command Transformation (SACT) de l’OTAN à Norfolk, en Virginie, poste qu’il a occupé jusqu’en octobre 2012. Aujourd’hui conseiller du PDG de Safran, il déclare toujours mettre à profit son expertise américaine, « de la même manière que sous l’uniforme ».

Stagiaire au National War College de Washington D.C., la plus prestigieuse école de formation des dirigeants militaires et civils, le colonel Géraud Laborie a effectué son troisième passage aux Etats-Unis. Son cas est évidemment exceptionnel, puisqu’il vient de prendre ses fonctions d’attaché de défense adjoint à l’ambassade de France aux Etats-Unis. Il pourra ainsi s’appuyer sur sa bonne connaissance du milieu militaire américain et sur son réseau de collègues et d’anciens camarades de classe, qui, s’il n’ouvre pas toutes les portes, facilitera grandement les contacts.

Lorsqu’il n’était que cadet aspirant, M. Laborie a passé six mois à l’Ecole de l’Air de Colorado Springs. Il s’est ensuite spécialisé pendant deux ans à Maxwell, la première année au Air Command and Staff College, puis à la School of Advanced Air and Space Studies (SAASS). Cette formation, axée sur l’ « air power strategy » (la destruction, en ciblant des secteurs clés au-delà du champ de bataille, des capacités militaires de l’ennemi), n’a pas vraiment d’équivalent en France.

Statue du général Patton à West Point
© Vincent Dozol

West Point, centre de recherche pour Saint-Cyriens

L’ouverture à l’international fait partie de l’histoire de West Point. Au moment de la construction du fort, George Washington a fait appel à un jeune ingénieur militaire polonais, Thaddeus Kosciuszko, formé en France, pour bloquer les bâtiments anglais sur l’Hudson River. Sa statue contemple encore aujourd’hui le fleuve. Un peu plus loin, accolé au plus ancien bâtiment du campus, un monument porte des inscriptions en français : « Pour la Patrie, la Science et la Gloire ». Il célèbre l’amitié nouée avec l’École polytechnique. Le tropisme français de West Point est ancien. La langue de Lafayette est enseignée aux cadets depuis les débuts du campus. En 1819, l’académie se consacre à la formation des ingénieurs en prenant Polytechnique comme modèle. Le colonel Jérôme Napoléon Bonaparte-Patterson, petit-fils de Jérôme Bonaparte, américain par sa mère, est passé par West Point. En 1884, le Secrétaire de la guerre Robert Todd Lincoln invite officiellement les étudiants étrangers à venir étudier sur le campus militaire.

Statue offerte par l’Ecole polytechnique © Vincent Dozol

Le partenariat avec Saint-Cyr date du milieu des années 90. Deux Français et deux Américains partaient pour un semestre, dans le cadre d’un programme d’échange. Pendant dix ans, les Français étaient les seuls étrangers à bénéficier de cet accord. Un semestre international est désormais prévu en troisième année à Saint-Cyr pour toute la promotion. Si la maîtrise d’un anglais de base est un prérequis avant de partir pour les bases américaines, les lieutenants français souhaitent avant tout améliorer leur pratique de cette langue. Les Etats-Unis ne sont pas la destination la plus demandée. Cette année, il y avait plus de places disponibles que de candidatures. D’autres destinations plus ensoleillées et exotiques attirent la jeunesse qui souhaite voir du pays.

Vingt-deux Saint-Cyriens sont en ce moment aux Etats-Unis, huit à West Point dans le cadre du programme Semester Abroad, d’autres à Annapolis (Maryland), au Virginia Military Institute à Lexington ou à Norwich University à Northfield, dans le Vermont. Les étudiants internationaux restent généralement deux semestres à West Point et sont intégrés avec les autres cadets dans les différents enseignements. Les élèves français sont sous régime spécial par rapport aux autres nationalités. Pas de cours obligatoires, pas de notes, ils organisent leur travail comme ils le souhaitent. Tous sont là pour écrire un mémoire. Les thèmes sont variés : la théorie de la guerre juste chez les Évangélistes, les murs frontaliers ou encore les forces japonaises d’autodéfense. Un des Français travaille sur l’intégration des minorités dans les forces armées. L’US Army est un bel objet d’études.

L’étudiant travaille d’abord dans les bibliothèques qui regorgent de publications sur le sujet. Il conduit aussi des entretiens avec des officiers supérieurs de l’académie. L’écriture du mémoire doit être terminée en décembre, une soutenance orale est prévue en janvier. Ce fonctionnement particulier permet à Saint-Cyr, qui accueille aussi des Américains en échange, de garder une certaine autonomie dans la formation de ses officiers. « West Point souhaite encore approfondir son ouverture aux étudiants internationaux », explique Brent Matthews, directeur des affaires internationales. « Après le 11-Septembre et les deux guerres récentes, il y a eu une prise de conscience du fait qu’il fallait sortir de la vision uniquement américaine, qu’il y avait plusieurs façons de voir un sujet. Il ne s’agit pas d’imposer notre façon de faire, mais de comprendre d’autres cultures militaires et d’autres approches. Beaucoup de financements ont depuis été consacrés aux programmes d’échange. »

Les Français sont logés avec les autres cadets dans les chambres communes des différentes résidences du campus. Ils reconnaissent que ce système facilite les échanges mais que le manque d’intimité est parfois pesant. Disposant de plus d’autonomie que leurs homologues, leur intégration dans la communauté dépend surtout de leur implication personnelle.

Des formations peu comparables au système français

Si l’histoire complète des relations militaires entre la France et les États-Unis reste à écrire, l’alliance est scellée sur les champs de bataille lors de la guerre d’Indépendance. L’Amérique prend la France napoléonienne pour modèle au moment de constituer une armée de métier et applique les théories d’Antoine Henri Jomini. L’armée de l’Union est ainsi baptisée « La Grande Armée », les États fédérés mettent en place leur « garde nationale ». Les forces armées américaines se sont ensuite développées de manière autonome à tel point que les cultures militaires des deux pays diffèrent grandement aujourd’hui. L’expérience américaine est d’autant plus enrichissante pour les militaires français.

À l’arrivée dans une base américaine, le changement d’échelle est l’élément le plus frappant. Quand l’Ecole de l’Air française compte une centaine d’élèves, l’académie de Colorado Springs accueille 4 000 cadets. Les moyens financiers et humains de l’institution américaine ont aussi frappés les esprits des Saint-Cyriens. Les ressources bibliographiques du Jefferson Hall sont incomparables par rapport aux rayons des bibliothèques militaires françaises. West Point veut soigner son image d’académie militaire prestigieuse et de grande université, qui accueille des professeurs renommés et des conférences d’hommes politiques éminents. Les lieutenants français regrettent que beaucoup d’Américains intègrent les lieux sans avoir l’intention de rester dans l’armée à long terme. Au quotidien, les cadets sont plus concentrés sur leurs études, de haut niveau et gratuites, que sur leur entraînement purement militaire. D’où une cohésion moins importante que dans les centres de formation français.

S’ils le souhaitent, les lieutenants français en stage à West Point peuvent suivre certains cours. Leur format diffère du modèle français. Plutôt que des longs cours magistraux, les classes regroupent une vingtaine de personnes maximum par tranches de cinquante minutes. Les enseignements sont plus dynamiques et interactifs, même s’ils ne permettent pas toujours de développer longuement une notion. En formation initiale, la France se concentre plus sur la maîtrise des sciences. Tous les pilotes de l’Ecole de l’Air française sont avant tout des ingénieurs. L’armée américaine possède un recrutement plus ouvert, d’où une plus grande diversité des profils parmi les cadets, ce qui pourrait inspirer la France.

Soldats américains lors de l’accueil du président de la République française pour la visite d’État, Andrews Air Force Base, Maryland, 11 février 2014. © Vincent Dozol

L’autonomie et l’autocritique encouragées

Les Français portent un regard nuancé sur leur établissement d’accueil. Ils soulignent avant tout l’autonomie beaucoup plus poussée dans le système américain. La hiérarchie officielle est moins présente, l’autodiscipline est encouragée, les supérieurs délèguent plus facilement qu’en France, où les rapports humains sont plus figés et autoritaires. Ils notent aussi des différences de discipline. L’entretien des chambres à West Point fonctionne par exemple sur un système « à la carotte ». En fonction de ses succès sportifs, on peut laisser sa porte fermée au moment de l’inspection. Les visites des surveillants sont annoncées à l’avance, le ménage est donc fait à fond la veille, la chambre peut être négligée le reste du temps. Impensable à Saint-Cyr, où les visites peuvent avoir lieu à tout moment, la chambre doit toujours être impeccable.

Les officiers français notent aussi une culture générale différente chez certains de leurs homologues américains. Âgés d’une vingtaine d’années, il n’est pas rare que les cadets n’aient jamais quitté leur État natal avant d’intégrer l’armée. D’où une certaine méconnaissance du monde extérieur et une ouverture d’esprit moyenne. Le colonel Laborie a retrouvé ce type de faiblesse chez quelques commandants, qui conservent une vision du monde très américaine. La proportion des soldats américains qui ont servi dans l’OTAN est très faible, ce qui explique la méconnaissance des structures du traité atlantique.

L’histoire militaire occupe aussi une place beaucoup plus importante aux Etats-Unis. De leur courte histoire, les Américains dégagent des théories et des concepts à appliquer dans un cadre toujours très actuel. L’expérience irakienne, analysée comme une défaite, a par exemple permis de réétudier les théoriciens de la contre-insurrection. En France, cette approche est encore trop controversée suite au traumatisme algérien. La liberté de ton en interne et l’effort d’autocritique tranchent avec le cadre français. Les écoles de guerre américaines n’hésitent pas à se remettre en question et les frustrations des commandants stagiaires, des professeurs comme des grands chefs y sont ventilées. Cette aisance critique est contrebalancée par une forte rivalité interarmées et une bureaucratie bien plus lourde qu’en France.

Les deux États tirent chacun des bénéfices de ce type de coopération. M. Caïtucoli, chef de mission, souligne l’importance du réseau d’anciens formés aux Etats-Unis. Certaines carrières sont façonnées par cette expérience initiale. Les avancées technologiques tendent aussi à renforcer l’interdépendance des armées, d’où l’intérêt de bien se connaître. « Cette proximité n’est possible que par l’installation d’une confiance durable. L’autonomie est aussi respectée. Elle permet d’expliquer nos positions réciproques, de ne pas être simplement des pourvoyeurs d’hommes mais aussi d’entretenir une relation enrichissante et de tenir parfois une voix discordante », conclut le colonel Laborie.

Article précédemment publié par le magazine France-Amérique (janvier 2014).

Grace de Monaco, à côté du mythe

Le festival de Cannes a choisi un film sur une icône du cinéma, l’actrice américaine Grace Kelly, pour ouvrir sa 67e édition. Grace de Monaco d’Olivier Dahan, une production française en langue anglaise, a été présenté hier hors compétition.

« Trop douée, trop belle, trop sophistiquée, trop parfaite ». Ce sont les mots de Jeff (James Stewart) pour décrire sa compagne Lisa dans Fenêtre sur Cour (1954). Ces qualificatifs peuvent aussi décrire l’interprète de Lisa, Grace Kelly. Olivier Dahan voit Nicole Kidman de la même façon. Sur le papier, Grace de Monaco est un film d’ouverture idéal pour le festival de Cannes. C’est en effet sur la Croisette que Grace Kelly a tourné La Main au Collet (1955) et qu’elle a rencontré le prince Rainier III de Monaco. Le festival n’est pas rancunier : en avril 1956, le mariage princier voisin avait volé la vedette à la manifestation et accaparé l’attention médiatique.

Grace de Monaco possède aussi un casting prestigieux. Une star internationale, Nicole Kidman, incarnant un mythe du cinéma et dont le visage sensé se confondre avec celui de Grace Kelly selon les plans. L’actrice australienne est présente à la manifestation cannoise depuis une dizaine d’années et a enchaîné un film en compétition (Paperboy, 2012) et une voix dans le jury l’année dernière.

Ingrédient indispensable pour un beau lancement, le film arrive lesté de polémiques. Le film a été vendu dans le monde entier, mais c’est l’Amérique qui pose problème. La distribution y est assurée par les frères Weinstein. Ils parient probablement sur une répétition du succès de La Môme (2007), également réalisé par Olivier Dahan, pour lequel Marion Cotillard avait reçu l’oscar de la meilleure actrice. Harvey Weinstein a d’abord voulu sortir le film en novembre dernier pour le placer dans les candidatures aux Oscars. Mais la sortie a été repoussée après un désaccord entre le producteur américain et le réalisateur français sur un nouveau montage. La sélection au festival de Cannes semble avoir calmé les esprits. En conférence de presse aujourd’hui, Olivier Dahan s’est déclaré heureux de travailler à nouveau de concert avec les distributeurs américains.

La famille princière a quant à elle attaqué le film dans un communiqué, sans apparemment l’avoir vu, en dénonçant le « caractère totalement fictionnel » du film. Le réalisateur a répondu en rappelant son « droit à la fiction ». Il refuse de qualifier son film de biopic. L’histoire se concentre sur l’année 1962. Le Rocher est en conflit avec la France gaullienne pour les exonérations fiscales qu’il accorde aux sociétés françaises. Un complot couve pour changer de souverain. Grace Kelly est aussi tentée de retrouver les plateaux hollywoodiens devant la caméra d’Alfred Hitchcock, qui veut porter à l’écran Marnie, adaptation du roman de l’auteur britannique Winston Graham.

Le film est figé dans l’admiration de son héroïne. L’image peut bien briller sous tous les angles par une photographie au grain surexposé, Grace de Monaco ne sort pas de sa platitude. Attaquer le film pour ses prises de liberté avec la réalité historique n’est pas convaincant. Certes, Hitchcock et Grace Kelly n’ont échangé que par téléphone et courriers et non pas en personne comme montré dans le film, et dans la réalité De Gaulle n’a pas fait autant d’honneur à la Princesse.

Grace de Monaco n’est peut-être pas une biographie filmée, son traitement stylistique ne surprend pas pour autant. Le scénario ne creuse pas ses pistes narratives, reste dans une banalité qui tend à la niaiserie. Les personnages ont un besoin d’expliquer haut et fort le contexte historique et les enjeux dramatiques, pour être sûrs de ne pas perdre le public international, peu familier de la guerre d’Algérie ou de cette principauté signataire d’un « traité d’amitié protectrice » avec la France. Le point culminant de l’intrigue est le fameux discours public complétement râté, ce moment de vérité, d’émotions et de réconciliation à la fin du film, aujourd’hui un cliché du cinéma américain.

Face aux réactions négatives des Monégasques et au refus du Prince, Grace Kelly a finalement renoncé à reprendre sa carrière d’actrice. « Cela a été déchirant pour moi », écrit-elle à Hitchcock pour lui faire part de sa décision. « Oui c’est triste, lui répond-il, n’est-ce pas, sans aucun doute possible, je pense que votre décision d’abandonner le projet est non seulement la meilleure, mais la seule possible. Après tout, ce n’était qu’un film. »

[alert type= »blue »]

Prolonger

Pour les rapports entre Hitchcock et Grace Kelly et le making of de Rear Window, Dial M for Murder, To Catch a Thief et Marnie, voir le livre de Patrick McGilligan, Alfred Hitchcock, une vie d’ombres et de lumières (Institut Lumière/Actes Sud, 2011)

[/alert]

50ème anniversaire de la Marche de Washington pour les droits civiques

La capitale fédérale fête les 50 ans de la Marche de Washington pour le travail et la liberté, dont l’apogée fut le discours « I have a dream » de Martin Luther King. Des milliers de personnes ont marché le samedi 24 août jusqu’au Lincoln Memorial. Retour en image sur cette journée.

DSC_0037
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr

Au bord de la reflecting pool, entre le Lincoln Memorial et le Word War II Memorial

DSC_0038
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0050
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0055
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0033
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr

Le visage de Trayvon Martin, jeune noir de 17 ans non armé abattu par George Zimmerman le 26 février 2012 en Floride, était très présent sur les pancartes et les T-shirts des participants. Des marcheurs ont aussi porté le sweat-shirt à capuche en mémoire du jeune homme.

DSC_0062
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0059
Vincent Dozol/Bully Pulpit.frDSC_0068
DSC_0087
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr

Parmi les hommes politiques, Cory Booker, le très populaire maire démocrate de Newark, New Jersey, et probable sénateur de l’Etat, a été invité à prendre la parole. Son discours, « we still have work to do », a été le plus applaudi par les marcheurs.

La campagne pour la mairie de New York City s’est aussi invitée dans la marche commémorative. Bill de Blasio, Public Advocate de la ville et candidat démocrate au poste de maire, est venu avec sa femme et ses deux enfants (photo ci-dessous).

DSC_0082
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0103
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr

Anthony Weiner, ancien Représentant démocrate de New York, qui avait démissionné en 2011 suite au scandale provoqué par la publication de photographies explicites envoyées à différentes femmes, est aujourd’hui candidat à la primaire démocrate pour la mairie. Il était présent à Washington, comme sa rivale Christine Quinn, présidente du conseil municipale, qui vise aussi le siège de Michael Bloomberg.

DSC_0063
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0069
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0071
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0085
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0092
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0094
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0070
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0093
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
DSC_0058
Vincent Dozol/Bully Pulpit.fr
[alert type= »blue »]

Prolonger

« Josephine Baker et Burt Lancaster, émissaires de France à la Marche de Washington de 1963 », France-Amérique, 21 août 2013 :
http://www.france-amerique.com/articles/2013/08/21/josephine_baker_et_burt_lancaster_emissaires_de_france_a_la_marche_de_washington_de_1963.html

[/alert]

L’investiture de Barack Obama en images, 21 janvier 2013

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« We will respond to the threat of climate change, knowing that the failure to do so would betray our children and future generations. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« For history tells us that while these truths may be self-evident, they have never been self-executing; that while freedom is a gift from God, it must be secured by His people here on Earth. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« Our journey is not complete until our gay brothers and sisters are treated like anyone else under the law – for if we are truly created equal, then surely the love we commit to one another must be equal as well. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« The commitments we make to each other – through Medicare, and Medicaid, and Social Security – these things do not sap our initiative; they strengthen us.  They do not make us a nation of takers; they free us to take the risks that make this country great. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« Our journey is not complete until all our children, from the streets of Detroit to the hills of Appalachia to the quiet lanes of Newtown, know that they are cared for, and cherished, and always safe from harm. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« My fellow Americans, we are made for this moment, and we will seize it – so long as we seize it together. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« We, the people, still believe that every citizen deserves a basic measure of security and dignity. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« We, the people, still believe that enduring security and lasting peace do not require perpetual war. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr

« We must act, knowing that our work will be imperfect.  We must act, knowing that today’s victories will be only partial, and that it will be up to those who stand here in four years, and forty years, and four hundred years hence to advance the timeless spirit once conferred to us in a spare Philadelphia hall. »

Vincent Dozol/BullyPulpit.fr
Vincent Dozol/BullyPulpit.fr