American Way of Life MAIS POURQUOI ?

Pourquoi le Super Bowl est-il un évènement si important ?

Lorsque le premier Super Bowl eut lieu en 1966, l’évènement passa relativement inaperçu. Aujourd’hui, c’est quasiment une fête nationale aux Etats-Unis. Il s’agit en effet du programme télévisé le plus regardé de l’année, puisqu’il a attiré cette année plus de 111 millions de téléspectateurs américains (soit plus d’un tiers de la population). C’est également le jour de l’année où les Américains consomment le plus de nourriture, après Thanksgiving. En effet, le dimanche du Super Bowl est l’occasion pour beaucoup d’Américains de se réunir, en famille ou entre amis, de manger de grands plateaux de nourriture accompagnés de bière (de 4 à 6 % des actifs américains sont d’ailleurs absents ou en retard le lendemain à leur travail, selon les études).

Dans les années 1960, pourtant, le football américain, loin d’être grand public, n’intéressait qu’une poignée de fans. C’est à cette période là qu’une nouvelle ligue, l’AFL (American Football League) vint concurrencer la NFL (National Football League), qui existait depuis  1920. L’AFL vint moderniser le football américain – elle s’illustra notamment en acceptant les joueurs noir-américains. C’est en outre avec l’AFL que les noms des joueurs apparurent au dos des maillots, ce qui les rendit plus identifiables, et donc plus proches, plus accessibles qu’une équipe prise dans son ensemble. En 1965, deux évènements contribuèrent à faire de l’AFL une menace sérieuse pour la NFL. D’une part, cette ligue signa un contrat avec le chaine de télévision NBC ; d’autre part, l’équipe des Jets de Baltimore engagea le quarterback Joe Namath pour la somme alors énorme de 427 000 dollars.

Pour éviter l’escalade du prix des joueurs, conséquence de la nouvelle concurrence entre les deux ligues, le président de l’équipe des Dallas Cowboys (Tex Schramm)  proposa un accord à l’AFL en 1966. Il n’y aurait désormais qu’un seule ligue de 24 équipes, mais il continuerait à y avoir deux tournois distincts : celui de la National Football Conference, et celui de l’American Football Conference.  A l’issue de ces deux sélections, les vainqueurs s’affronteraient au cours de l’ultime finale : le Super Bowl. Si les premières finales s’appelaient officiellement AFL-NFL Championship Game, le terme de Super Bowl devint vite le nom officiel. C’est en effet le surnom que lui donnait le propriétaire des Kansas City Chiefs : il était influencé par le nom Super Ball, une balle rebondissante avec laquelle jouaient ses enfants, et le terme Bowl était déjà couramment utilisé pour les finales de football américain, en référence à la forme de la coupe.

Ce n’est qu’à la fin des années 1970/début des années 1980 que le Super Bowl devint un évènement grand  public. C’est en effet à ce moment là que se développèrent deux attraits supplémentaires : les publicités et le concert à la mi-temps. Football, publicités et concert ont fait du Super Bowl ce qu’il est aujourd’hui. Le tout saupoudré de patriotisme : les Dallas Cowboys sont par exemple universellement surnommés « l’équipe de l’Amérique » depuis un spot publicitaire daté de 1978.

 

1982 : Diana Ross chante l’hymne national

Les premiers concerts de mi-temps du Super Bowl étaient très bon enfant. Il s’agissait souvent de fanfares peu connues, avec parfois une touche de patriotisme : en 1976, Up With People chantèrent America, America pour le bicentenaire du pays. Mais petit à petit, les stars commencèrent à faire leur apparition sur la scène du Super Bowl. Diana Ross fut l’une des précurseuses de ce mouvement lorsqu’elle y chanta l’hymne national en 1982 ; depuis, les chanteurs connus qui sont venus faire un concert ou simplement chanter l’hymne national se sont succédés. En 1993, Michael Jackson, qui vint chanter Billy Jean, Black or White, et quelques autres titres, contribua à faire de la mi-temps un évènement spectaculaire. Les célébrités comme Whitney Houston, Britney Spears ou Madonna ont désormais remplacé les fanfares. Sans parler du sein nu de Janet Jackson, véritable succès d’audience en 2004… (elle a parlé de « dysfonctionnement de sa garde-robe » pour expliquer l’incident).

Les spectacles de la mi-temps sont en outre un moment d’unité du pays en cas de crise nationale. Ainsi, en 2002, U2 chanta Where the Streets Have No Name pendant que les noms des victimes du 11 septembre défilaient sur grand écran. C’est U2 également, accompagné de Greenday, qui chanta  The Saints are Coming en 2006, pendant un des matchs du tournoi à la Nouvelle-Orléans (ce n’était toutefois pas le Super Bowl). Cette chanson est une référence à l’équipe de football américain de cette ville (les Saints) et à l’ouragan Katrina : le clip de cette chanson  invente un redéploiement des troupes américaines en Irak en Louisiane, pour venir en aide aux victimes.

1984 won’t be like 1984

Mais le Super Bowl, c’est également les publicités. Il s’agit d’un enjeu énorme pour les entreprises, qui peuvent payer plus de 3 millions de dollars pour un spot de 30 secondes pendant le Super Bowl. Etant donné la visibilité que donne l’évènement, beaucoup d’entreprises en profitent pour diffuser pour la première fois une nouvelle publicité, pour laquelle des trésors d’inventivité sont déployés. Les pubs deviennent presque des courts-métrages, des spectacles qui attirent autant l’attention que le spectacle de mi-temps ou que le match lui-même.

La publicité qui a lancé cette tendance est sûrement celle d’Apple en 1984 ; mise en scène par Ridley Scott, elle fait référence au 1984 d’Orwell. La publicité suscita un intérêt d’autant plus marqué qu’elle ne fut jamais diffusée à la télévision en dehors de cet unique passage pendant le Super Bowl. Depuis, bien d’autres publicités ont su faire parler d’elles, comme bien sûr celle de Budweiser, mais aussi celle de McDonalds ou de Nike.

Le Super Bowl est donc devenu le Super Bowl dans les années 1980, en raison de la convergence de plusieurs facteurs – concerts de mi-temps et publicités – qui ont contribué à faire d’un simple match un spectacle pour l’Amérique toute entière. Notons en outre que le Super Bowl de 1985 opposa les équipes de Miami et de San Francisco, et que l’année d’après les New York Giants affrontèrent l’équipe de Denver. En l’espace de deux ans, quatre régions géographiques distinctes furent donc représentés au Super Bowl, ce qui contribua à donner à l’évènement la portée nationale qu’il a définitivement acquise aujourd’hui.

1 comment on “Pourquoi le Super Bowl est-il un évènement si important ?

  1. J’ai appris plein de choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité : * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.