Attendu, le premier débat télévisé du 26 septembre n’a pas surpris. Donald Trump a brillé par son manque de préparation, son incompétence, sa susceptibilité et la dangerosité de ses propos. Interrogé sur les violences urbaines, il a fait appel de nouveau à la thématique nixonienne « Law and Order », notion qu’il a répétée à sept reprises, en reprenant plusieurs mensonges sur la criminalité « hors de contrôle » dans les grandes villes. C’est l’un des éléments les plus saillants de son penchant autoritaire.

« La loi et l’ordre » est un enjeu politique depuis le milieu des années 60. Son utilisation ne concerne pas seulement les tensions raciales et les violences liées à la ségrégation. Les « militants non patriotiques », comme les groupes qui défendent le droit à l’avortement et les droits des homosexuels sont aussi la cible des partisans de « la loi et l’ordre ». En s’appropriant le terme, Nixon souhaite s’adresser à la « majorité silencieuse », les électeurs qui refusent les mouvements d’émancipations civiques et les transformations sociales des années 60 et 70. Nixon se sert des tensions raciales et du ressentiment d’une partie de l’électorat pour attirer le vote blanc. Le recours à cette rhétorique depuis 1968 vise à distinguer la criminalité et les questions raciales : l’inflexibilité face au crime sert en fin de compte les communautés noires. C’est aussi une manière d’attaquer les démocrates, les accusant de laxisme. Le président Bill Clinton a voulu éviter cette qualification en faisant voter un arsenal judiciaire très répressif au cours de son mandat, une législation fortement critiquée aujourd’hui, dont il reconnaît les effets pervers. En insistant sur les violences urbaines, en parlant comme un shérif de l’Ouest mythique, Donald Trump a recours à un racisme codé, tout en dénonçant le politiquement correct de ses adversaires. Il cherche aujourd’hui à mobiliser les électeurs par la peur, pour rallier ceux qui se méfient du mouvement protestataire Black Lives Matter ou qui sont convaincus que l’Amérique est trop modérée face à la menace terroriste.

Son inspirateur et maître à penser en la matière reste Rudolph Giuliani. Ancien maire républicain de New York de 1994 à 2001, devenu « America’s Mayor » après le 11-Septembre, Giuliani est l’un des meilleurs surrogates (substituts) de Trump depuis le début de cette campagne. Il est payé par le candidat républicain, en tant qu’employé du cabinet Greenberg Traurig qui représente les intérêts de Trump et de son gendre, Jared Kushner. Giuliani et Trump partagent aussi une certaine expérience dans la médiatisation de leurs divorces. Ils ont commencé leurs affaires ensemble en 1989, quand Trump est devenu co-directeur de la première levée de fonds pour la campagne municipale de Giuliani, alors procureur fédéral pour le district sud de New York. La municipalité de Rudy Giuliani a ensuite soutenu les aventures financières de Trump en intervenant dans les projets immobiliers de Riverside South et de Central Park South. Ils sont devenus proches et se sont invités à leurs mariages respectifs. Trump a mentionné la nomination possible de l’ancien maire à la tête d’une commission sur l’immigration ou le Department of Homeland Security. L’activisme de Giuliani pendant cette campagne est peut-être alimenté par une revanche personnelle sur Hillary Clinton. En 2000, l’ancien maire veut se présenter à l’élection sénatoriale et se prépare à affronter l’ex-première dame des Etats-Unis. Suite à un diagnostique d’un cancer de la prostate, il abandonne sa campagne. Pendant ce cycle électoral, Giuliani s’est surpassé dans ses déclarations atterrantes, culminant avec cette tirade sur la sécurité nationale : « Pendant ces huit années avant l’élection d’Obama, nous n’avons jamais eu à affronter une attaque du terrorisme islamiste aux Etats-Unis, elles ont toutes commencé après l’arrivée de Clinton et Obama au pouvoir. »

L’héritage de Rudolf Giuliani à New York est associé à la pratique polémique du « stop-and-frisk » par la police. Les officiers du NYPD sont incités à arrêter, questionner, palper dans la rue toutes les personnes qu’ils trouvent « raisonnablement suspectes » si un crime vient d’être commis ou est sur le point de l’être. Pour Donald Trump, c’est une mesure qui a fait ses preuves et qu’il faudrait renforcer et généraliser. Plusieurs enquêtes[1] montrent que cette pratique a permis une institutionalisation du harcèlement policier et de la discrimination raciale. 90 % des personnes arrêtées étaient des jeunes noirs et latinos, innocents. William Bratton, le commissaire de police qui vient de quitter ses fonctions, fut l’architecte de cette mesure et des politiques « broken window » (fenêtre brisée) à la tête du NYPD de 1994 à 1996. Au New Yorker, il expliquait ainsi : « C’est un outil simple. C’est une pratique fondamentale de la police américaine. C’est pratiqué tous les jours, probablement par toutes les forces municipales en Amérique. Si la police ne le fait pas, elle ne fait probablement pas son travail ». Le commissaire a ensuite dirigé  la police de Los Angeles (2002-2009), puis est devenu partisan d’une réforme du « stop-and-frisk », dont il juge l’usage « excessif ». La pratique a été renforcée par le commissaire Raymond Kelly pendant l’administration Bloomberg. Cette politique a été déclarée inconstitutionnelle en 2013 par un juge fédéral, alors que le nombre d’arrestation de ce type avait déjà diminué de 72%.

Pendant le débat, Donald Trump a déclaré que les violences augmentent partout depuis la fin du « stop-and-frisk » imposée par un « juge anti-police » et le maire actuel de New York, Bill de Blasio. Dès 2012, le département de police de New York a commencé à réduire sa pratique du stop-and-frisk, sous la supervision de la municipalité de Michael Bloomberg. Les élus et les médias conservateurs ont alors averti qu’une vague de meurtres et de violence allait ravager la ville. Le taux d’homicide à New York est pourtant en diminution constante, avec une réduction de 32% depuis 2011. En 2015, 352 homicides ont été enregistrés. A l’échelle nationale, la criminalité et la violence recule. Si la première moitié de 2015 a vu une légère poussée de la criminalité au niveau national, elle reste très loin des records historiques. Certaines villes connaissent des crises liées à des affrontements avec la police, comme à Charlotte (NC) ces derniers jours, ou résultent des guerres de gangs. Quelques grandes villes font exception à cette baisse constante, comme La Nouvelle Orléans et Chicago. Le nombre de fusillades à « Second City » atteint un terrible niveau : 3245 victimes depuis le début de l’année. Le taux d’homicides à Chicago est plus élevé que ceux des villes de Los Angeles et New York additionnés. Comprendre les facteurs de cette violence, pour lutter contre elle, est plus complexe qu’une redite des innovations policières des années 90 ou le sifflement d’un slogan des sixties à connotation raciste.

[1] Rosenfeld and Fornango (2014), Procureur général de l’Etat de New York (2013), American Statistical Association (2007)
Vincent Dozol

Posted by Vincent Dozol

Journaliste, correspondant pour la presse française à New York et Washington D.C. vincent.dozol@bullypulpit.fr

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité : * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.